vendredi 20 février 2009

On ne prend pas les mêmes, et on recommence !

Heureux qui procrastine! Si je me permets ici de citer notre carolo émérite (Jack-la-Loghorrée, pour les non-initiés), c'est que je cherche une excuse à une énorme bourde commise dans le feu de l'action, alors que je mettais au monde ce "Sex In The Blog"! Voilà ce qui arrive quand on veut agir sous l'impulsion du moment, parce qu'on sent que :"C'est maintenant, c'est l'instant!", et qu'on s'attèle à la tâche 5 minutes avant de partir sur d'autres fronts...

Tout ça pour dire que, dans l'empressement, j'ai omis de citer deux de nos membres dans le message d'inauguration! Grosse honte sur moi! Il faut dire que l'une d'elle, après son retrait des planches qui dura quelques années - suite à une brûlure au 3ème degré causée par les feux des projecteurs - nous a re-rejointes sur le tard sur la scène de la vie bruxelloise. Il s'agit de notre blonde et néanmoins vive d'esprit Elodie, dite Lolo, mieux connue dans la Cité Ardente (décidémment une femme chaleureuse...) sous le nom de La-Jeune-Fille-Sur-Le-Pont, sobriquet qui lui fut attribué par la pègre liégeoise en raison des nombreuses heures qu'elle passa et passe encore quotidiennement sur le pont JF Kennedy, à peindre des natures mortes durant ses temps tout aussi morts, ou à bouquiner en mangeant des Lacquemants sur le chemin du retour du boulot.

L'autre lésée du jour n'est autre que la jeune Rosa qui, comme son nom l'indique, est d'origine latine. Italienne par son père, belge par sa mère, congolaise et burundaise par les tripes, ce côté citoyenne du monde ne lui permet plus aujourd'hui de briller par sa présence à nos réunions, et est donc à l'origine de mon oubli... Toujours les fesses entre deux aéroports, elle est à l'aéronautique ce que Lucky Luke est à Joly Jumper : une fidèle passagère. Nous espérons cependant que cette blog-travelleuse, actuellement en stand by dans la capitale, prendra ponctuellement quelques minutes de son temps de working girl pour nous faire part de ses états d'âme en ses pages.

Mea Culpa, Rosa, Rosa, Rosae...

Je vous rejoins dans un autre message pour vous présenter le reste des rédactrices...

Drichon-Patapon

1 commentaire:

  1. Un grand merci pour le ' vive d'esprit'...du fond du coeur ( ce qui ne m'empêche pas d'oublier mon gsm dans le frigo et de chercher mes lunettes comme un enragée alors qu'elles trônent au sommet de mon chignon). Il est vrai, je peins des croûtes quand les temps sont longs. Mais j'espère ne jamais les exposer! J'ai une certaine dignité, un certain rang à maintenir en tant que marquise de la pègre! Quant à mon sobriquet Drichon, c'est un ravissement, il me refile des envies de partir en tournée avec un lanceur de couteaux!

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget